Technique - CAVBM

Aller au contenu

Menu principal :

Technique

Support technique

Un peu de technique: Les formats de vidéo

Un rappel pour commencer. Au début les premiers films, dans le monde amateur ont été enregistrés sur pellicule 9,5 mm, 8 mm d'abord et super 8 ensuite, et 16 mm. On trouve encore bien des films 8 mm aujourd'hui datant d'une bonne trentaine d'années, qui peuvent-être transcrits sur DVD. Il existe encore des sociétés qui proposent tout le matériel pour la réalisation de films super 8.

Ensuite est venue l'époque des cassettes vidéo. Il y a eu d'abord le format VHS et S-VHS (les grosses cassettes que tout le monde utilisait pour ses enregistrements) les formats Vidéo 8 mm, Hi 8, Digital 8. Je ne parlerai que des formats utilisés par les amateurs. C'est aussi avec ces différents formats qu'apparurent les premiers caméscopes.
A l'époque une caméra enregistrait des images, reliée à un magnétoscope séparé. Les appareils étaient lourds et , ils recevaient le signal de la caméra par un fil. Mais on ne pouvait pas visionner ses images comme on le fait aujourd'hui avec un caméscope. Donc le caméscope est un appareil plus petit, qui intègre une caméra et un magnétoscope.

Et pour finir avec l'apparation du format de vidéo DV les fameuses cassettes mini DV utilisées par des millions de vidéastes. Le format DV est 100% numérique, alors que pour les précédents formats jusqu'au Hi 8 l'enregistrement était en analogique. (Le Digital 8 (spécificité Sony) était aussi un format numérique, mais il fut rapidement abandonné)

Ensuite apparurent les caméscopes qui enregistraient sur mini DVD, puis sur Disque Dur, et enfin sur cartes mémoire.

Alors pourquoi ce rappel de tous les formats ? Eh bien parce qu'aujourd'hui il est possible de numériser tout ce qui est analogique. On peut (en respectant certaines règles) mélanger sur un même disque des images de n'importe quel format.

Donc 1er point : Tout ce qui n'est pas numérique est analogique (et vice versa) J'ajouterai aussi que ce qui est numérique se traite très facilement sur ordinateur. Et puisque que l'on peut convertir des sources analogiques en numérique (cela s'appelle la numérisation) il est possible aujourd'hui de traiter tous les formats.

Mais il va de soi que l'on ne peut pas faire cela n'importe comment. Où est le problème ?
Il tient principalement au niveau du format de l'image. Chaque format de vidéo a une taille différente. Imaginez que pendant la lecture d'un film, l'on fasse un arrêt sur image. On obtient donc une image (la vidéo est constituée de 25 images par secondes : 25 ips) Si l'on fait cela sur les différents formats de vidéo cités plus haut, on va obtenir plusieurs images de différentes tailles. Je les ai regroupées dans le schéma suivant.



Ce schéma est représenté en pixels (ici il n'est pas à échelle 1) Le pixels est l'unité de mesure utilisée en informatique pour la taille des images. Vous pouvez dire point. Et si cela ne vous parle pas non plus vous pouvez imaginez que ce sont des centimètres. Ce qui est important à retenir, c'est le rapport entre les différents formats. Voyez le VHS ( les grosses cassettes d'avant) par rapport au format FULL HD, celui qui est utilisé sur les téléviseurs d'aujourd'hui, ou encore sur les disques blu ray.

Si l'on passe le film que l'on aura obtenu après la numérisation d'une cassette VHS, sur un écran Full Hd, l'image sera très fortement pixellisée ! Car elle va être très fortement étirée. La définition d'une VHS n'est pas adaptée au format Full HD. Si l'on a besoin d'intégrer un passage en qualité VHS dans un montage Full Hd, il vaut mieux garder la taille originale de ce passage, voire l'agrandir légèrement. Vous comprenez maintenant ces limites.

Les caméscopes d'aujourd'hui permettent d'enregistrer des images en FULL HD. Mais qui peut le plus peut le moins, et la plupart permettent d'enregistrer aussi dans une taille d'image plus petite. Les caméscopes HDV Sony, par exemple, permettaient d'enregistrer au format HDV (de la haute définition sur bandes vidéo mini DV) et de dérusher (sortir) ses images au format DV. Le caméscope s'occupe de la conversion de l'image, ce qui est intéressant lorsque l'on ne possède pas la chaîne complète de montage en HD. Cela permet de faire ses vidéos en HD, de les traiter en Standard Définition (Format d'images du DVD). Mais les enregistrements sont bien en Haute Définition. Ainsi le jour où l'on a les moyen de traiter de la HD, on dispose déjà d'enregistrements dans cette qualité. Par contre si l'on a filmé en Standard Définition, il ne sera pas possible de transformer ses enregistrements en Haute définition.

Donc n'hésitez pas à vous équiper d'un caméscope full HD, ce qui est pratiquement le cas de tous les appareils d'enregistrement de vidéo aujourd'hui, en 2014
(caméscope, appareils photo, téléphones), avec enregistrement sur mémoire morte, soit intégrée dans le caméscope, soit sur carte SD, cette dernière solution étant plus souple, mais attention à bien prendre des cartes à débit élevé (SDXC ou SDHC), spéciales vidéo.

Pour terminer l'équipement HD il vous faudra un logiciel capable de traiter la vidéo HD, un ordinateur puissant, (regardez le schéma plus haut: l'image Full HD est pratiquement 6 fois plus grosse que l'image au format DVD. Les temps de traitements seront donc plus longs. Si l'ordinateur est puissant, ce temps sera réduit), un graveur de blu ray, et un téléviseur Full HD. Heureusement, les prix baissent, les ordinateurs et les logiciels offrent de plus en plus de puissance.

Notons enfin que début 2014 se profile la Ultra HD, ou 4K, avec une image de 3840x2160 pixels.
Cela se rapproche du format cinéma, et permet d'obtenir une image parfaitement définie sur TV grand écran regardée de près.
Sans grand intérêt pour les TV inférieures à 40 pouces, toute la chaîne de traitement sera à reprendre (TV, vidéo projecteurs, lecteurs Blu Ray, logiciels, puissance des PC pour l'essentiel). A noter que les fichiers seront de plus en plus dématérialisés, soit sur Disque dur externe-Clé USB, soit par téléchargement, la plupart des TV étant maintenant connectées à Internet. Le haut débit qu'apportera la fibre sera le bienvenu pour cette image 4K.
Les premiers caméscope 4K grand public apparaissent fin Mai 2014 (Sony propose le FDR AX 100 à 2 000€) dans un nouveau format d'enregistrement: XAVC S.
La 3D et la contrainte des lunettes, acceptée dans les salles de cinéma,  n'a pas conquis les foyers des particuliers. La 4K, dont la Ultra Haute Définition donne un rendu avec beaucoup de relief, aura-t-elle un meilleur avenir?
A noter que les émissions de télé resteront pour longtemps encore en qualité HD ready, les TV 4K permettant cependant un upscaling.



 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu